contentmap_module

Les paysans fédérés et en action au pays basque : Quand des paysans créent les conditions pour être « incontournables »

La mobilisation des paysans par la lutte syndicale et le combat collectif a permis la fédération des paysans au pays Basque. Euskal Herriko Laborantza Ganbara qu'on appelle plus souvent la chambre alternative du pays Basque, offre aujourd’hui une visibilité extraordinaire à une agriculture structurée en filières de qualité. Le salon Lurrama, au-delà d’ouvrir les portes du réseau à un très large public apporte une immense visibilité à ses actions et valeurs.

P4010190

Assemblée générale d’InPACT 2016, Francis Poineau, paysan berger, installé en Soule au pays basque témoigne.

La spécificité Basque : une identité et une histoire singulière

L’agriculture au pays basque c’est aujourd’hui : 80% de zone de montagne, 7500 actifs agricoles, une trentaine d’hectares en moyenne par exploitation, une production principale en brebis laitières / bovins allaitants, des agriculteurs de moins de 50 ans pour moitié et 100 fermes en moins par an. 60% des installations du département des Pyrénées atlantiques se font au pays basque (représentant pourtant seulement 40% du territoire).
Une identité culturelle très forte permet une reconnaissance à l’appartenance à un groupe social et ainsi le regroupement en associations dont font partis de nombreux paysans.

Début des 80’, création du syndicat agricole Euskal Laborarien Batasuna (ELB) (Adhérent à la Confédération paysanne).

Depuis 1991, 13 associations de développement agricole fédérées, issues et pensées par les acteurs locaux du monde rural : ARRAPITZ en partenariat important avec les syndicats d’AOC « Ossau Iraty » (fromage), « Espelette » (Piment) et « Irouléguy » (vin). Le réseau emploie aujourd’hui une cinquantaine de salariés (sur ½ département !).

En 1992, création de la marque collective IDOKI, une démarche unique en France. Une centaine de fermes du pays basque propose une gamme de dix-sept produits fermiers, selon une charte d’engagement. A travers la production de qualité, l’idée est de se faire entendre pour permettre le développement des productions et la rémunération. L’organisation en filières locales tire les prix vers le haut.

La crise du lait de brebis des années 90’ (baisse des prix) marque fortement l’engagement des paysans : ils s’opposent à la stratégie des entreprises de collecte et de transformation et veulent stopper la course au volume par la valorisation du lait et de la transformation fromagère de qualité.

Majoritaires à travers la Confédération Paysanne sur le territoire du Pays Basque, aux élections Chambre d’Agriculture, les paysans basques n’ont pas l’écoute qu’ils escomptent à la chambre d’agriculture. Ils imaginent alors leur propre outil institutionnel avec des représentants paysans mais aussi citoyens.

Naissance d'une chambre alternative basque au service d'une agriculture paysanne

Depuis 2005, création, sous forme associative, d’Euskal Herriko Laborantza Ganbara (EHLG), une chambre d’agriculture spécifiquement basque. Elle propose une alternative à la chambre d’agriculture départementale. Une vigilance particulière est apportée à ce qu’EHLG apporte une complémentarité aux associations d’ARRAPITZ pour éviter toute concurrence.
EHLG répond à des appels d’offre et adopte un fonctionnement de prestations de services payants : accompagnement des pratiques agricoles, règlementation, aspects administratifs… Son financement ne dépend qu’à 15% maximum des fonds régionaux.
EHLG est dirigé par une vingtaine de personnes organisées en plusieurs collèges : paysans, salariés, retraités, consommateurs et représentants environnementaux : cela permet de proposer une réelle politique de développement. L’implication de la société civile est garante de l’ouverture de la structure.
La Chambre 64 reste l’interlocuteur officiel des paysans basques auprès de la région, mais sur le terrain EHLG est reconnu comme l’interlocuteur privilégié. 2 représentants d’EHLG siègent à la Chambre 64.


Depuis 2010, un salon de l’agriculture paysanne et durable début novembre à Biarritz, LURRAMA. Il est conçu et organisé par EHLG. Le public visé est avant tout plus local que touristique. Le salon attire 20 000 visiteurs chaque année ! Pendant 1 mois, on ne parle que de cela… Les collectivités viennent d’elles-mêmes vers les structures, la visibilité est énorme et les rentrées d’argent conséquentes.


Pour aller plus loin :
L’histoire de la mise en place du syndicat ELB et de la chambre alternative EHLG

La fédération d’associations ARRAPITZ

Marque collective IDOKY

Le salon de l’agriculture paysanne et durable, LURRAMA

contentmap_plugin

Inscrivez-vous pour être tenu au courant de l'actualité du Réseau

captcha 

AVEC LE CONCOURS FINANCIER DE:

logo_NA-horizontal_Coul.png

Logo_UE.png   FEADER-en_PCh.png

1PFTP Logo Clear      images