contentmap_module

Naturellement en circuits-courts : des besoins individuels et une solution collective

 

Elles avaient chacune besoin d’un atelier de transformation et de découpe… mais pas les moyens d’en avoir un individuellement....

En 2013, Colette Balland et Claire Bastien rencontrent le conseiller général Jean-Claude Mazin afin de lui évoquer leur besoin. Au même moment elles se mettent en relation avec le Pays mellois et la Communauté de communes (Cdc) Cœur du Poitou.


Par l’activation de ces réseaux, elles rencontrent Christelle Rivault, qui s’associera au projet, et organisent une réunion d’information qui réunit une quarantaine d’intéressés. Grâce encore à cette mobilisation, elles apprennent qu’un laboratoire, situé à Limalonges (sud 79, entre Melle et Sauzé-Vaussais) est à vendre suite à un dépôt de bilan. Malheureusement elles ne sont pas tout à fait prêtes.


L’engagement de la Cdc Cœur du Poitou


C’est alors qu’elles proposent à la Cdc Cœur du Poitou que celle-ci acquière le laboratoire. En contrepartie, Colette, Claire et Christelle s’engagent à le louer.
C’est ainsi quel’association « Naturellement en circuits-courts » voit le jour en mars 2014. Son objet est en effet de se regrouper pour utiliser le laboratoire. C’est aussi l’idée de participer plus généralement au développement des circuits-courts localement et à l’émergence de projets.
Dès le printemps 2014 les premières transformations et découpent démarrent.


Un projet collectif


Le laboratoire de 70m2 est équipé d’un peu de matériel au départ (autoclave, petit hachoir, gazinière, quelques tables inox…) mais ce n’est pas suffisant : chacune apporte alors son propre matériel et bât la campagne pour récupérer du matériel dans les cantines des établissements scolaires (tables inox, grosses gamelles, four, piano…).
Afin de remplacer le matériel personnel et équiper le mieux possible le laboratoire, l’association fait appel à des financements extérieurs :les Cigales de Melle et de Niort vont prêter à taux zéro, environ 8000€. Cet apport, combiné à des aides PCAE (aides de l’Europe) d’environ 1000€ permet l’acquisition d’un poussoir à saucisses, d’un hachoir, d’une machine pour la mise sous vide, de deux balances…
Et parce que travailler à plusieurs demande une certaine cohésion, l’association a souhaité se faire accompagner : Pour cela, elle a reçu une aide de 2000€ du cabinet parlementaire de Delphine Batho et de 14000€ du Conseil régional Poitou-Charentes.
Cette aide financière a permis : l’accompagnement par le Civam Seuil du Poitou pour travailler sur l’organisation à plusieurs (établir et rédiger des règles de fonctionnement, un bulletin d’adhésion…) et une communication pour faire venir d’autres producteurs. Marie Cherrier Georget, graphiste indépendante a proposé un logo et mis en forme des documents de communication, notamment pour fédérer de nouveaux producteurs.


L’enjeu d’aujourd’hui : développer l’activité !


A trois, les semaines sont parfois bien remplies, surtout en décembre pour préparer les fêtes. Cependant, sur l’année, le laboratoire reste sous occupé (les producteurs de l’association l’utilise 40% du temps). Quelques producteurs viennent ponctuellement pour transformer ou découper, mais afin que l’activité se pérennise dans les meilleures conditions, il est nécessaire que d’autres producteurs utilisent le laboratoire (location à partir de 60€ la journée).

 

Retrouvez la plaquette de l'association en cliquant ici

Inscrivez-vous pour être tenu au courant de l'actualité du Réseau

captcha 

AVEC LE CONCOURS FINANCIER DE:

logo_NA-horizontal_Coul.png

Logo_UE.png   FEADER-en_PCh.png

1PFTP Logo Clear      images